Ce mois-ci, nous sommes également sortis à Avignon, Nîmes, puis Genève.
Dans le sud de la France, nous étions invités par David Thévenet dans le cadre de sa formation sur la guérison. Juste avant cela, nous sommes sortis tous les trois dans les rues d’Avignon.
Ici, un extrait des guérisons que Dieu a pu accomplir :

 

Puis, ce fut une journée glorieuse à Nîmes, où une femme a retrouvé son audition, a vu son œil se « redresser » et qui a été fortement touchée, voire bouleversée, de voir la main de Dieu se poser avec puissance sur sa vie. Ce témoignage sera bientôt visible sur la chaîne YouTube de David Thévenet.
« Je n’entendais rien avant de rencontrer ces gens. (…) Cette rencontre n’est pas anodine. Et j’espère que grâce à tous ces anges que j’ai rencontré je n’aurais plus jamais besoin de ces appareils. Merci encore à vous tous, et continuez votre route car il y a beaucoup de gens malades qui souffrent. Et grâce à vous je pense qu’il y aura moins de douleur. »

Nous étions une trentaine lors de cette sortie, et au moins la moitié n’avait jamais prié dans la rue. Tous ont pu voir comment Dieu agit lorsqu’on met en pratique ses prescriptions.
Nous avons publié également une vidéo de guérisons de musulmans.

 

 

Petit extrait d’un dialogue :
« Nadia : Vous êtes magnétiseurs ?
Nous : Non, pas du tout, on prie au nom de Jésus.
Nadia : Ah mais je suis musulmane, ça va marcher quand même ? »
Eh bien oui !!!!!!

Petit exercice de mise en pratique de ce que nous avons appris avec David :
Marcel : Bonjour. Vous me semblez triste. C’est bien ça, vous avez de la tristesse ?
Elle : Non…
– C’est bien vrai ce mensonge ? (Avec un clin d’œil, astuce de David…)
Donc elle admet qu’elle est triste et a un chagrin d’amour.
Marcel : Moi je sais ce qui peut vous guérir de ce chagrin d’amour…
– Il n’y a rien qui peut me guérir, sauf le temps…
Marcel lui parle de Jésus qui peut guérir son chagrin, parce qu’Il l’aime… Elle dit qu’elle n’est pas croyante.
J’interviens : Si vous voulez je vous propose une petite expérience. Voilà, vous fermez les yeux et vous répétez après moi… Seigneur, est-ce que tu peux prendre ma tristesse et mon chagrin ?
Elle répète.
– Qu’est-ce qu’Il vous dit ?
– Euh… On dirait qu’Il a dit oui.
– Répétez encore, si vous le voulez bien : Jésus, qu’est-ce que tu peux me donner à la place ?
Elle répète.
– Et maintenant, qu’a-t-Il dit ?
– « Mon amour »… Mais ça doit être mon imagination !
– Je crois réellement que Jésus veut venir vous remplir de Son amour et qu’Il voulait vous le dire. Vous savez ce matin on parlait et j’ai retenu cette phrase qui m’a percuté : Dieu gagne plus vite que vous à la course et donc la première pensée qui vous vient quand vous vous adressez à Lui, c’est souvent la Sienne.
Elle a souri !
Prions pour qu’elle expérimente encore bien plus l’amour de Dieu.

Le week-end suivant, nous étions dans les rues de Genève, pour le Harvest week-end, à l’occasion de la journée mondiale d’évangélisation. Nous avons suivi Lucas Banovic et Christopher Roye, du ministère Prier dans la rue, pour filmer leur sortie (une vidéo sera prévue par la suite sur leur page FB et chaîne YouTube). Nous nous arrêtions chaque trois pas, tant les contacts abondaient et les personnes rencontrées étaient ouvertes. Nous avions prié pour que Dieu nous envoie vers les samaritains et les samaritaines, c’est-à-dire non seulement les personnes qui allaient être touchées mais qui eux-mêmes vont à leur tour toucher d’autres personnes…

C’était très formateur de les voir fonctionner en binôme, chacun avec sa couleur, son parfum. Des personnes ont été touchées par des paroles de connaissance, des guérisons, d’autres par le partage de l’Evangile, d’autres encore par la joie qui émanait du groupe… Des baptêmes du Saint Esprit ont eu lieu dans la rue.

Même les enfants ont eu à cœur de participer et ont pu offrir des cadeaux à quelques personnes que nous avons rencontré. En effet, durant la matinée, les organisateurs de l’événement proposaient aux enfants de préparer des cadeaux à cette fin. C’était beau de les voir être participants, et également de nous dire d’aborder telle ou telle personne pour lui parler, prier pour elle, etc. Donner de l’amour n’a pas d’âge !!!

 

Par ailleurs, nous vous invitons à découvrir ce témoignage fort qui a recueilli plus de 10 000 vues en une semaine :

 

Prier dans la rue, qu’est-ce que ça change ? De nombreuses personnes racontent ici leur expérience :

 

Pour finir, nous vous invitions à méditer ces quelques mots :

L’ennemi n’a aucun pouvoir. Il a été dépouillé de toute autorité et livré publiquement en spectacle, c’est la Bible qui le dit. Le seul pouvoir qu’il ait est celui que nous lui donnons. Et ce, au travers des mensonges que nous croyons. Il est le père du mensonge et croire au mensonge, c’est donner du pouvoir au menteur. Les enfants le sentent bien, les premières fois où ils s’essayent à mentir, juste pour voir…
Quand on croit un mensonge, cela a une incidence sur ce que l’on croit de notre identité et de celle de Dieu. Si je crois que je suis nul, ça veut dire que mon identité c’est d’être un/une looser et non une créature merveilleuse. Et que Dieu n’est pas si bon que ça, puisqu’il m’a créé comme ça. 
Seule la vérité nous rend libre…
Ne donnons plus pouvoir à l’ennemi ! Cessons de le « glorifier » en disant tout ce qu’il fait (soi disant) contre nous. Quoi qu’il fasse, c’est de l’intimidation car en Christ nous avons tout pouvoir sur lui, sur ses attaques, sur ses mensonges. Alignons nos pensées sur celles de Dieu. Ne regardons qu’à Jésus et marchons sans nous soucier de l’ennemi.

Pin It on Pinterest

Share This