Plusieurs personnes nous ont écrit pour nous dire qu’ils se demandaient si faire des hugs, autrement dit embrasser des gens, les prendre dans ses bras, leur faire une accolade, était biblique… Ce à quoi j’aurais envie de répondre brièvement « La lettre tue, l’Esprit vivifie » (cf 2 Corinthiens 3 ; 6).

Mais penchons-nous plus sérieusement sur la question… En commençant par regarder au Père !

DSC01607

Dieu est un Dieu qui fait des câlins !

« Le Dieu d’éternité est un refuge, et sous ses bras éternels est une retraite. » (Deutéronome 33 ; 27)

« Alors qu’il était encore loin, son père le vit et fut rempli de compassion, il courut se jeter à son cou et l’embrassa. » (Luc 15 ; 20)

Qu’il soit décrit par David dans les psaumes (qui le compare aussi à une mère qui allaite, console, etc.) ou par Jésus dans la parabole du fils prodigue, Dieu est un Dieu qui ouvre les bras pour y accueillir quiconque vient à lui !

DSC01755

Jésus prend ses brebis dans ses bras !

« Puis il les prit dans ses bras, et les bénit, en leur imposant les mains. » (Marc 10 ; 6)

« Comme un berger, il paîtra son troupeau, Il prendra les agneaux dans ses bras, Et les portera dans son sein; Il conduira les brebis qui allaitent. » (Esaïe 40 ; 11)

Dans les évangiles, on voit Jésus prendre des petits enfants dans ses bras, et il est annoncé dans l’Ancien Testament comme étant le berger prenant les agneaux dans ses bras. Métaphore que Jésus reprend dans la parabole de la brebis perdue (« Lorsqu’il l’a retrouvée, il la met avec joie sur ses épaules » Luc 15 ; 5)

Par ailleurs, Jésus a dit : « Jésus reprit donc la parole, et leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père ; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. » (Jean 5 ; 19)

Et aussi « Je ne puis rien faire de moi-même : selon que j’entends, je juge ; et mon jugement est juste, parce que je ne cherche pas ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. » (Jean 5 ; 30)

Tout est dit ! Tout ce que le Père fait, Jésus le fait aussi ! Dès lors, de même que le Père aime faire des câlins, Jésus en fait également. Il nous prend dans ses bras, nous porte sur ses épaules, nous embrasse, etc. Comme le Père dans la parabole du fils prodigue, il court vers ses enfants, n’ayant aucun égard quant au « qu’en dira-t-on ? », non lui qui est un Dieu d’amour, il écoute juste son cœur pour déverser son amour dans l’âme des gens qui en ont tellement besoin !

DSC01638

Nous sommes des imitateurs de Christ

« J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi. » (Galates 2 ; 20)

« Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. » (1 Corinthiens 11 ; 1)

« De même qu’une nourrice prend un tendre soin de ses enfants, nous aurions voulu, dans notre vive affection pour vous, non seulement vous donner l’Evangile de Dieu, mais encore nos propres vies, tant vous nous étiez devenus chers. » (1 Thessaloniciens 2 ; 7-8)

Si c’est Christ qui vit en nous, ne sommes-nous pas sensés faire comme lui ? Si nous sommes désormais des fils et filles du Dieu vivant, ne sommes-nous pas nous aussi sensés faire ce que fait le Père ?

Ne devons-nous pas prendre les brebis égarées (et les autres) dans nos bras ? Ne devons-nous pas courir vers tout enfant de Dieu pour l’accueillir à bras ouverts ? Ne devons-nous pas, à l’instar de ce que dit Paul, être comme des nourrices pour les jeunes convertis ?

DSC01791

La sainte embrassade

Paul a aussi dit : « Saluez-vous les uns les autres par un saint baiser. » (Romains 16 ; 16 – 1 Corinthiens 16 ; 20 – 2 Corinthiens 13 ; 12 – 1 Thessaloniciens 5 ; 26)

Il l’a répété 4 fois ! Cela ne signifie-t-il pas que c’est important ?

Et Pierre l’a dit également : « Saluez-vous les uns les autres par un baiser d’affection. » (1 Pierre 5 ; 14)

Certains diront que ces exhortations étaient adressées à des chrétiens. Mais les premiers chrétiens ne sortaient-ils pas des églises ? N’étaient-ils pas d’ailleurs eux-même l’Eglise, de même que nous sommes nous-même l’Eglise, des pierres vivantes, le temple de l’Esprit de Dieu ?

Certains diront que le mouvement des free hugs est un mouvement « du monde »… Mais n’est-il pas temps de se réapproprier tout ce que le monde a pu s’accaparer du fait que nous avions laissé la place vide ? Réinvestissons tout ce que le monde a pu prendre de bon (ou détourner), si cela est conduit par le Saint Esprit.

N’est-il pas temps de montrer au monde que nous, chrétiens, pouvons les aimer concrètement, comme Dieu les aime, et déverser l’amour de Dieu dans leur vie en les touchant corps et âme ? N’est-il pas temps de leur montrer un amour sain et saint ?

Ne sortons-nous pas dans la rue pour répondre aux besoins des gens ? Par les temps qui courent, à l’heure des attentats et de la perte de repères, faire des câlins apporte du réconfort aux gens. Les gens ont besoin de goûter à la bonté de notre Dieu aussi par un amour palpable.

Nous avons par exemple vu de nombreux musulmans touchés par ce geste. Beaucoup ont peur de la montée de la haine envers eux. Après les avoir pris dans nos bras, nous avons pu leur dire « Nous sommes chrétiens et nous vous aimons ». Cela a été une bonne nouvelle pour eux !

DSC01918

Sel et lumière…

Restons dans la simplicité… Soyons comme des petits enfants, a dit Jésus, car le Royaume leur appartient (Matthieu 18) ! Alors restons spontanés et authentiques. Le monde a besoin d’authenticité. Les gens ont besoin d’être aimés et honorés. Soyons une réponse pour eux !

DSC01925

Précisons également que nous ne nous contentons pas de faire des hugs aux gens. Nous prions pour voir Jésus les guérir physiquement sous nos yeux. Nous prions pour des guérisons du cœur. Nous les bénissons, et conduisons les personnes qui acceptent Jésus au triple baptême (repentance, eau, Esprit). Car si Dieu est un Dieu d’amour, il est aussi un Dieu surnaturel, puissant et un Dieu saint.

Carine Phung

 

« A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » (Jean 13 ; 35)

 

Lire aussi le témoignage de Marie-Claire dans cet article.

DSC01650

Pin It on Pinterest

Share This